Autisme : de considérables progrès grâce au sport

L'ASPTT, l'un des plus gros clubs de Toulouse, accueille les enfants autistes autour d'activités sportives. Soutenu par la Fondation Orange, il leur permet de casser leur isolement.

«Les enfants autistes doivent avoir accès au sport». C'est le message lancé par l'ASPTT, l'un des plus gros clubs de Toulouse (3 700 adhérents), qui, avec la Fondation Orange, accueille depuis 2016 des enfants autistes *. Le sport et les enfants autistes, une relation pas vraiment évidente.

Quand les clubs les accueillent, les gamins restent souvent isolés, mis à l'écart par les autres. Pour casser l'isolement de leur enfant, les parents doivent alors faire appel, moyennant finance, à un éducateur spécialisé. Une situation pas simple.

A l'ASPTT Soupetard, ils sont désormais cinq à suivre des cours d'initiation : Carl, 7 ans, Adam, 6 ans, Samara, 7 ans, Mohamed, 3 ans et Kaella. Samedi matin, Sylvie a donc accompagné, comme chaque semaine depuis novembre, son fils Carl, 7 ans. «Il vient ici régulièrement. En quelques séances, il a fait des progrès énormes», avoue-t-elle. Encadré par Romain, éducateur, Carl joue, heureux parmi les autres garçonnets. Ballon, raquette et autres jeux sportifs adaptés aux enfants de 3 à 6 ans, n'ont désormais plus de secret pour lui. «L'éducateur est près de lui, le canalise, le guide dans ses mouvements, le rassure aussi, sourit Sylvie. Il apprend à échanger calmement avec les autres enfants et à suivre les règles au sein d'un groupe. C'est rassurant de le savoir entre de bonnes mains et de ne plus se sentir désarmée».

Grâce au sport Carl a fait de très gros progrès. «Il a acquis de l'autonomie et de la sûreté, relève Aurélien Noscal, éducateur sportif.

Le sport reste une discipline essentielle pour ces enfants : ils apprennent la socialisation, l'apprentissage des règles, le respect des autres». Sans oublier l'évacuation des tensions et du stress. Une action entièrement gratuite pour les parents.

Manque de lieux

En semaine, Carl suit aussi la 3e année de maternelle, accompagné d'une auxiliaire de vie scolaire (AVS). Le reste du temps, il est pris en charge dans un Sessad de l'association Inpacts, établissement spécialisé en autisme, où il est suivi par